Loisirs - Jeux

Utiliser la bonne structure de podcast pour accrocher les auditeurs

Les gens aiment les histoires. Ce sont des moyens puissants de transmettre des émotions et des informations. Afin de raconter les meilleures histoires, vous devez disposer de la bonne structure de podcast.

La structure du podcast en trois actes

La structure du podcast en trois actes est un modèle de narration qui divise une histoire en un ordre organisé et logique.

À l’école, les enseignants parlent de « début, milieu et fin » pour désigner les trois parties, mais cette description ne rend pas vraiment justice à l’histoire.

Vous trouverez cette structure (avec quelques variations) dans tous les types de contenu : livres, films, articles et podcasts. Il y en a partout, des pièces de Shakespeare aux fables d’Ésope en passant par les films de Zemeckis.

En fait, si vous écoutez attentivement la façon dont vous et vos amis vous racontez des histoires, vous remarquerez les trois actes.

L’utilisation de ces trois actes crée un contenu plus engageant et accroche les auditeurs dès le début. Commencez par créer votre podcast avec ces trois éléments clés.

Acte 1 : la mise en place

Dans le premier acte de l’épisode, votre objectif est d’établir un décor, de présenter les personnages, leurs relations et de construire le monde dans lequel ils vivent.

C’est surtout là que vous fixez les enjeux. Si une mauvaise chose se produit, ou si une bonne chose ne se produit pas, comment cela affectera-t-il les personnages ?

Le premier acte comprend également l’appel à l’aventure. C’est le moment où le conflit devient inévitable et où les personnages sont forcés d’agir.

Le premier acte doit attirer l’attention de votre auditeur. C’est pourquoi, il s’agit d’un élément essentiel pour les podcasters.

Les cinéphiles et les lecteurs de livres attendront un faible début car ils ont payé pour l’expérience, mais vos auditeurs ne paient pas pour votre contenu, donc ils n’ont rien à perdre en fermant l’onglet de leur navigateur.

Accrochez vos auditeurs avec une ouverture forte. Vous devez être un conteur à la fois dramatique, unique et surprenant. Faites-leur penser : « D’accord, j’ai besoin d’entendre la suite. »

Acte 2 : la confrontation

Le deuxième acte est la partie de l’histoire qui fait monter les enjeux. C’est là que les personnages font face à des défis et des obstacles toujours plus importants. Il y a généralement un moment où les personnages principaux tentent de résoudre le problème, mais échouent et se retrouvent dans une position plus difficile.

Dans de nombreuses histoires, les personnages ne parviennent pas à résoudre leurs problèmes parce qu’ils n’ont pas les compétences, les outils ou les informations nécessaires. Dans une épopée fantastique, le héros n’a pas l’épée mythique. Dans un film de braquage, le voleur a besoin du code d’accès. Dans un drame, l’amoureux ne sait pas comment s’engager.

Les personnages qui ont tout ce qu’il faut pour résoudre leurs problèmes sont ennuyeux.

Les personnages ne sont capables de résoudre l’intrigue qu’en changeant qui ils sont. Dans la plupart des cas, ils sont soutenus par des mentors ou des co-protagonistes.

Une partie importante du deuxième acte est l’authenticité. Les intrigues et les problèmes doivent sembler réels. Par exemple, les gens font des erreurs. Il est bon de mettre en évidence les erreurs des personnages, leurs mauvaises habitudes, leurs quasi-échecs et leurs échecs. Les personnages qui conquièrent l’adversité sans transpirer ne sont pas intéressants.

Cela signifie que lorsque vous racontez des histoires sur la façon dont vous ou d’autres personnes avez surmonté des problèmes, n’ayez pas peur de tisser les échecs, qu’ils soient externes ou internes. Si une leçon a coûté cher, expliquez-en le coût réel. Si vous ou votre invité avez dû grandir en tant que personne, créez un contraste entre les anciennes et les nouvelles versions.

Si vous faites venir des invités à votre spectacle, poussez-les à développer leurs faux pas. Demandez-leur ce qui a causé ces circonstances et pourquoi ils ont eu du mal.

Les histoires avec des hauts et des bas sont captivantes parce qu’elles ressemblent plus à la vie réelle.

Acte 3 : La résolution

L’acte final de votre histoire résout l’intrigue et toutes les sous-intrigues importantes. Il permet de clore l’histoire. Il comprend un moment ou une scène d’apogée où vous faites monter la tension autant que vous le pouvez, puis vous la satisfaites.

L’objectif de la résolution est de donner à vos auditeurs une récompense. C’est une fin satisfaisante pour les récompenser d’avoir suivi l’histoire. Si vous ne parvenez pas à résoudre votre histoire, au mieux, ils considéreront votre podcast comme inoubliable. Au pire, ils se sentiront trompés.

Dans vos résolutions, révélez l’information finale qui résout le problème ou donne la leçon. Expliquez à vos auditeurs ce que vous attendez principalement d’eux.

Cela signifie que vous devez planifier chaque épisode en gardant la fin à l’esprit. Vous devez toujours savoir où vous allez. Surtout, vous ne devez pas révéler le point culminant au début de l’épisode, sinon vous ne créerez jamais de tension.

Related posts

Une soirée évènementielle à Strasbourg réussie en quelques étapes

Chasse au chevreuil : quelles techniques ?

La descente de l’Ardèche en canoë

C.Ambre, votre magicien et mentaliste à Genève